Dormir avec son bébé ou cododo

Dormir avec son bébé ou faire du cododo est un thème très controversé en France. D’abord il y a les professionnels de la petite enfance (pédiatres, PMI, assistantes en puériculture, etc) qui sont pour la majorité contre le sommeil partagé entre parents et enfants. Ensuite il y les sages femmes spécialisées dans les accouchement naturels, les doulas, certains parents, qui eux sont pour le cododo.

Alors difficile de prendre une décision quand nous sommes confrontés au dilemme de dormir avec son bébé ou pas. Et justement cet article t’aidera à te faire une opinion éclairée (et scientifiquement prouvée) sur le sujet.

Faire ou ne pas faire du co-dodo?

Que dit la science sur le fait de dormir avec son bébé?

Pour commencer, j’ai fait quelques recherches sur internet pour voir les études scientifiques qui parlent du sujet. Il faut dire qu’un groupe de scientifiques a fait une analyse de plus de 600 articles traitant du cododo: Parent-child bed-sharing: The good, the bad, and the burden of evidence.

D’ailleurs la conclusion de la revue est que les articles scientifiques sur le sujet manquent de précision, sont dépassés ou ne prennent pas en compte assez de cofacteurs. Alors je te fais un résumé pour que tu puisses prendre tes propres conclusions.

Les articles qui montrent que le cododo est dangereux

Effectivement, plusieurs articles analysés montrent que le cododo amène des dangers tels:

  • La mort subite du nourrisson,
  • Des troubles du sommeil,
  • Un attachement trop important aux parents.

Mais, les auteurs de la revue soulignent que « aucun de ses études présente d’évidences et une méthodologie assez solide pour pouvoir généraliser leur conclusions ». Ce qui veut dire qu’ils ne sont pas assez poussées pour qu’on puisse en tirer des preuves sur les dangers ou les bienfaits du cododo.

Des conclusions un peu hâtives sur le danger de dormir avec ses enfants

En effet, ses études n’ont pas pris en compte tous les facteurs qui peuvent menés à certains inconvénients. Je t’explique un peut tout ça ci-dessous.

Des mythes ou des vérités?

1. Le cododo engendre des troubles du sommeil

Pour pouvoir affirmer que le cododo cause des troubles du sommeil il faut prendre plusieurs éléments en considération. Les principaux points manquants dans les articles qui disent que le cododo est dangereux sont les suivants:

Qu’est-ce que motive les parents à faire du cododo?

C’est à dire, si les parents se mettent au cododo parce que leur enfant a du mal à dormir. Ou si tout va bien et c’est avec le cododo que le sommeil se dégrade. Or les études scientifiques ont simplement « oublié » de poser cette question.

La culture de la famille

En effet certaines cultures considèrent normal le fait que le bébé se réveille la nuit, d’autres non. Donc quand les parents répondent à un questionnaire sur le sommeil de leurs enfants, certains parents peuvent dire que leurs enfants ont un sommeil anormal. Mais d’autres vont considérer le même schéma de sommeil comme normal.

Or les scientifiques n’ont pas demandé aux parents qu’est-ce qu’ils considèrent comme un sommeil de qualité et un sommeil de mauvaise qualité.

La perception des réveils nocturnes

Il a été scientifiquement prouvé que les parents qui dorment dans le même lit que les enfants, perçoivent des réveils nocturnes et de micro réveils. Ce qui peut donner l’impression que l’enfant dors mal.

Or les parents qui dorment dans une autre pièce ne se rendent pas compte que l’enfant se réveille et peuvent dire que leur enfant a un bon sommeil. Cependant, c’est juste la perception qui change et pas tellement la qualité de sommeil.

Ceci a été prouvé par des tests en laboratoire. En effet des bébés mis dans une chambre séparée de leur parents se réveillaient, mais les parents ne se rendaient pas compte. Alors que les parents qui étaient dans la même chambre voyaient tout de suite quand le bébé se réveillait.

2. Le cododo augmente les risques de mort subite du nourrisson

Effectivement, les auteurs de la revue confirment un risque accru de mort subite du nourrisson quand les parents sont sous influence de psychotropes, d’alcool ou sont fumeurs, cela est dû a une perte de vigilance induite par ces substances.

Dans ces cas là, même si l’enfant pleure, les parents ne se réveilleront probablement pas. Mais si les parents sont en pleine possession de leur facultés il y a très peu de risques de mort subite du nourrisson.

Là encore, avant de tirer des conclusions certains facteurs doivent être pris en compte:

Des facteurs physiologiques

En effet, certains enfants ont une prédisposition génétique à la mort subite du nourrisson. En outre, une carence en sélénium et iode peuvent aussi engendrer une mort subite du nourrisson.

Or les études scientifiques n’ont pas investigué en amont si ces enfants avaient une prédisposition ou une carence. Il est donc difficile de savoir la cause exacte de leur mort.

Le stade de sommmeil des bébés

Certains études ont mis en évidence que les bébés qui partagent le lit de leur parent sont plus alertes et sont plus souvent dans un stade 1 ou 2 de sommeil. Alors que les bébés qui dorment séparés de leur parents sont plus en sommeil profond, stade 3 et 4.

Cependant certains études disent qu’un sommeil plus léger diminue le risque de mort subite du nourrisson, d’autres disent que cela peut causer du stress aux bébés.

Difficile alors de prendre une position sur le sujet.

3. Le cododo cause des troubles du comportement

Certains études ont mentionné que les enfants qui dorment avec leur parents ont des troubles du comportement à l’âge adulte. Mais là encore, certains aspects importants n’ont pas été considérés.

Les facteurs culturels

En effet il semblerait que quand la mère a une vision positive sur le cododo, cela influence le comportement de l’enfant. Par exemple, des études ont montré que les enfants qui faisaient du cododo, et dont les parents avaient une attitude positive sur le sujet, étaient plus empathiques et conscients que les autres enfants.

Pour vérifier cet impact, il serait important de poser la question aux parents sur leur opinion concernant le cododo. De plus il est important de vérifier s’il n’y a pas de conflit entre les parents sur ce sujet. Car qui dit conflit, dit environnement stressant pour l’enfant.

Ainsi les auteurs de la revue soulignent que quand le cododo est considéré comme la norme dans un pays, il y a moins d’évidences des problèmes comportementaux liés au cododo.

La personne qui interprete les comportements

En effet, « un trouble » du comportement peut être interprété comme un trouble ou autre chose selon différentes personnes.

Prenons le cas de « caprices », certains auteurs ont remarqué que des enfants qui faisaient du cododo étaient plus soumis aux « caprices » et étaient « plus réactifs » et « moins adaptables ».

Or des experts en psychologie infantile diront que cela est plutôt un signe de bonne santé mentale. Et les neurosciences diront que le cerveau de l’enfant est encore immature pour pouvoir gérer sereinement ses émotions. Et donc que c’est un aspect normal de son développement de faire des crises émotionnelles.

De même que les études n’ont pas pris en compte l’accueil des émotions dans les familles concernées. Et donc un enfant qui fait du cododo et qui fait plus de crises émotionnelles peut le faire simplement parce que les parents lui donnent le droit de s’exprimer.

4. Le co-dodo engendre des comportement sexuels inappropriés

Premièrement, les auteurs de la revue soulignent que la littérature se base encore sur les théories Freudiennes, qui à ce jour n’ont pas été prouvées. En conclusion, ce sont des suppositions et non des conclusions scientifiques.

Néanmoins je trouve intéressant de citer que des études récentes n’ont pas trouvé de différences dans le comportement sexuel entre les enfants qui ont dormi seuls et ceux qui ont fait du cododo.

Une autre étude récente a trouvé que les hommes qui ont fait du cododo avec leur parents, entre la naissance et ces 5 ans, ont une plus grande estime de soi, moins de culpabilité et d’anxiété et plus de relations sexuelles. Quant aux femmes, celles ayant fait du cododo enfant sont moins gênées par le contact et des signes d’affection.

Le cododo ne cause pas des troubles du sommeil, ni des troubles du comportement. Mais dans certains cas il peut augmenter le risque de mort subite du nourrisson.

Les articles qui parlent des avantages de dormir avec son enfant

Concernant les avantages liées au cododo, l’échantillonnage reste faible et donc les résultats sont difficilement généralisables. Néanmoins, je me permets de citer quelques avantages trouvés par les auteurs de la revue.

Les enfants qui font du cododo ont moins besoin d’objets transitionnels

Effectivement dans une étude faite dans le Maine (USA) , les enfants qui dormaient seuls avaient un attachement plus important aux objets transitionnels et avaient besoin d’une aide pour dormir pendant plus longtemps dans leur vie.

Les enfants qui font du cododo deviennent plus autonomes.

Certains pédiatres disent que le fait de faire du cododo avec des enfants crée un attachement sain la nuit, pendant une période où il construit son autonomie en journée.

Les mères sont plus attentives à leur enfants.

Lors qu’elles sont en cododo, les mères découvrent, touchent et regardent plus souvent leur enfants. Et même si la tête de l’enfant est plus souvent couverte quand il partage le lit avec ses parents, le niveau d’oxygénation et la fréquence cardiaque ne sont pas altérés. .

Le cododo facilite l’allaitement

Effectivement, une étude récente3 a montré que les mères qui dorment avec leurs enfants arrivent plus facilement à allaiter. De plus les mères allaitantes ont un meilleur sommeil quand l’enfant dors dans le même lit.

les avantages du cododo
Les enfants qui font du cododo deviennent autonomes plus vite. Ils ont moins besoin d’un objet transitionnel. De plus le cododo facilite grandement l’allaitement (moins de fatigue endormissement facilité, etc).

Mon histoire personnelle

J’aimerais maintenant te partager mon histoire personnelle. Car quand j’étais enceinte il était hors de question pour moi de dormir avec mon bébé. Et quand mon fils est né, j’ai fai ce que mes copines et la PMI m’avaient conseillé: je mis mon fils dans la nacelle à coté de mon lit dans a chambre.

Après plusieurs nuits de sommeil coupé, j’étais très fatiguée, découragée et très sensible. Car mon fils pleurait et me réveillais sans arrêt. De plus quand il dormait, j’avais peur qu’il ait froid, ses petites mains étaient souvent gelées, et je restais éveillée à lui surveiller. Sans compte que j’avais du mal à trouver la bonne position pour allaiter. Alors, après avoir essayé plusieurs positions assisses, je restais sans solution, toujours fatiguée et sans réussir à m’endormir après l’allaitement.

En complément, le mouvement de prendre mon bébé dans la nacelle pour allaiter était difficile, j’avais peur de lui cogner contre la nacelle, ça me faisait mal au dos. En bref, j’étais au bout du rouleau, et peut être même en début de dépression post partum.

Le cododo apparaît dans ma vie

Tout d’abord, j’ai eu une consultation d’urgence avec une prof naturopathe. J’allais la voir pour les problèmes de « coliques » de mon fils qui nous empêchaient de dormir la nuit. Alors que je m’attendais à avoir une potion magique avec des plantes, quelle ne fut ma surprise quand elle m’explique que les coliques sont souvent liées à l’émotionnel. Et que pour résoudre le problème, mon fils aurait besoin d’être rassuré en étant le plus possible en contact avec moi et mon mari.

En conclusion, nous devions faire le plus de portage possible pendant la journée, du peau à peau et dormir avec notre bébé dans notre lit. Car cela lui permettrait d’être rassuré et de se sentir en sécurité.

Bien que j’étais contente de découvrir le portage et ses applications sur le bien être de mon petit, j’avais encore trop peur pour faire du cododo. Donc je suis partie motivée à porter mon enfant un maximum pendant la journée et à faire du peau à peau plus souvent.

Alors que les jours passent et les coliques dans la journée s’estompent petit à petit, le soir mon fils continuais à pleurer beaucoup et mon mari et moi commencions à perdre les pédales. Effectivement nous étions vraiment épuisés tous les trois.

C’est pourquoi dans une nuit d’hiver en janvier 2019 mon mari prends la décision de mettre notre fils dans le lit avec nous et j’ai flippe à mort 😮. Mais pour me rassurer il fait un petit cocon avec le coussin d’allaitement et mets notre fils dedans, entre nous. Alors je proteste en disant qu’il va s’étouffer avec le coussin d’allaitement mais mon mari me rassure et je cède.

Donc qu’est-ce que se passe ensuite?

Ensuite mon fils dort et je n’ai qu’à me tourner et le prendre très facilement pour l’allaiter. C’est ainsi que le lendemain j’ai pris ma décision et le cododo rentre officiellement dans nos vies. Mais vu que j’ai quand même peur, je décide d’essayer un lit cododo (ceux qui sont ouverts sur un côté). Alors je déniche une annonce de location sur Leboncoin et deux jours après j’ai le lit à la maison.

La première nuit est simplement géniale. En somme le lit est très sécurisant, il n’y a pas de risque d’écraser le bébé et je peux le toucher facilement. De plus quand mon fils fait un bruit, il me suffit de tendre ma main pour lui rassurer.

Et JE PEUX LE VOIR pendant qu’il dort, tout en étant couchée dans mon lit et sous ma couette. En fin de compte je décide de rendre le lit que j’avais loué et d’en acheter un. En un mot je suis prête à faire du cododo pendant très longtemps. 😉

Le cododo m’a aidé à mieux dormir et a être plus sereine.

Un peu de bon sens, quand même . . .

Avec le recul et après avoir pratiqué le cododo, je me dis que j’étais bien bête d’avoir cru à l’argument: « vous allez lui écraser avec votre bras ». Un bébé quand il n’est pas content il pleure, il a un instinct de survie.

Effectivement un bébé qui ne peut pas respirer ne va pas se laisser mourir petit à petit dans le silence. Sauf s’il se retrouve coincé dans l’oreiller, le visage vers le bas et et avec mon bras sur sa poitrine, sans pouvoir pleurer (oreiller), ni respirer (oreiller + bras sur la poitrine).

Essayez de visualiser la scène dans votre tête. Effectivement un bébé avec le visage tourné vers le bas et mon bras qui tombe sur sa poitrine d’une façon qui l’empêche de respirer. Bon ok, ce sont des suppositions de ma part sur la possibilité ou non que ça arrive. Les détracteurs vont dire « oui mais il y a plein d’études qui démontrent que le cododo augmente les risques de mort subite du nourrisson ».

Alors que disent ces études? La prochaine fois que quelqu’un te citera une étude sur le cododo, demandes lui le nom de l’étude, regardes les sources, etc. Mais encore regardes l’étude et vérifie s’ils prennent en compte des facteurs culturels, le profil des parents, la classe sociale, etc. Comme nous avons vu plus haut, il y a tellement des cofacteurs à prendre en compte avant de faire une généralisation. Gardes cela en tête 😉.

Et maintenant, est-ce que je dors ou pas avec mon bébé?

Pour ma part, avec le cododo nos nuits se sont apaisées. Effectivement mon bébé dormait mieux et l’allaitement était beaucoup plus facile. De plus je me réveillais moins souvent et m’endormait plus facilement après avoir allaité.

Aussi, les coliques ont fortement diminué. Par contre mon mari a eu du mal à s’adapter aux réveils nocturnes de notre fils et a adopté le canapé du salon comme lit pendant plusieurs mois.

Aujourd’hui mon fils a grandi et nous pratiquons encore le cododo. Car pour nous c’est la solution la plus facile pour des nuits calmes. Effectivement les conflits pour aller se coucher sont rares et quand parfois mon fils se réveille la nuit, il est plus facile pour nous de nous rendormir.

Si tu souhaites aller plus loin dans le thème de la parentalité positive, je te conseille le livre de Jean Liedloff: le concept du continuum. Grâce à ce livre nous avons retrouvé une nouvelle façon d’aborder la parentalité, avec plus de sérénité et de joie.

Et si tu veux pratiquer le cododo, penses à regarder les conseils ci-dessous.

Comment dormir avec son bébé de façon sécurisée:

Tout d’abord, certains paramètres sont à prendre en compte si tu souhaites pratiquer le cododo. Il s’agit notamment des surfaces de sommeil dangereuses, de la consommation d’alcool, du tabagisme, de l’ingestion de drogues et de l’âge du nourrisson (c.-à-d. <à l’âge de 12 semaines).

.

Prenons le cas du tabac, de l’alcool et des drogues. dans ce cas là le cododo présente des risques d’étouffement du bébé et de l’impossibilité des parents de se réveiller. Concernant l’âge, il semblerait qu’après 12 semaines de vie, les risques de mort subite du nourrisson sont réduits de 5 fois.

quand ne pas faire du cododo avec son bébé
Si tu n’allaites pas ou si tu fumes ou si tu prends des substances qui t’empêchent d’être lucide: prends un lit spécial co-dodo.

Tu trouveras ci-dessous quelques conseils supplémentaires:

1. Si tu allaites:

  • Veuilles à ce que le lit soit à même le sol
  • Positionnes toi au milieu du lit et mets des coussins au bord du lit
  • Colles le lit contre un mur et mets le bébé entre le mur et toi
  • Fais attention à être lucide. En effet l’alcool, les somnifères ou tout autre médicament/drogues qui causent de la somnolence sont à proscrire.
  • Si ton compagnon/compagne est avec toi dans le lit, mets toi entre le bébé et ton compagnon/compagne. Les hormones de l’allaitement permettent aux femmes allaitantes d’avoir un sommeil plus léger et de se réveiller facilement. Ce qui n’est pas le cas des personnes qui n’allaitent pas.
comment faire du cododo en toute sécurité
Sécurises ton lit et aussi fait en sorte que bébé soit toujours entre toi et un mur (jamais entre toi et papa).

Si tu veux savoir plus sur l’allaitement couchée, regardes cet article.

2. Si tu n’allaites pas ou si tu est fumeur/fumeuse:

  • Utilises un lit cododo (ouvert sur le coté qui donne sur ton lit). Plusieurs marques existent et si t’as de la chance tu peux trouver en location sur Leboncoin.

Dans tous les cas je te souhaite une bonne nuit de sommeil partagé ou pas, selon ta propre décision 😊.

Sources

  1. Mileva-Seitz. Parent-child bed-sharing: The good, the bad, and the burden of evidence.
  2. Ministère des solidarités et de la santé. La santé de votre enfant au quotidien.
  3. Straw J, Jones P. Parent-infant co-sleeping and the implications for sudden infant death syndrome.
  4. Bartick, Melissa. Babies in boxes and the missing links on safe sleep: Human evolution and cultural revolution.

2 réponses sur “Dormir avec son bébé ou cododo”

  1. Nous avons commencé le cododo aux 9 mois de mon fils, et ce fut la révélation.
    Il dormait bien, et moi aussi. Et il faisait des grasses lat’ 😉 Auparavantt je me réveillais, devais changer de chambre, m’endormais même parfois dans le lit de bébé avec lui… j’étais au bout du rouleau, avec un dos en compote.Il finissait déjà parfois ses nuits avant ses 9 mois dans notre lit, mais c’est à ce moment là qu’on a décidé d’assumer 😉 meilleure idée ever! lors de son seuvrage à 3.5 ans, il a décidé de retourner dans son lit toute la nuit. Quand il a eut besoin à la naissance de sa soeur de notre chambre,on a simplement posé un matelas au sol. A 5.5 ans aujourd’hui il a besoin de présence pour s’endormir dans son lit mais les nuits sont douces. Entre temps il a donc eu une petite sœur qui a été en cododo 1.5 ans. Pas de lit spécial, on a abaissé le sommier du lit de bébé qu’on avait et il est solidement attaché à notre lit
    Maintenant elle partage la même chambre que son frère pour la sieste et la première partie de sa nuit. Et à son premier réveil, souvent entre 23h30 et 1h00, elle revient avec nous . Je suis moins fatiguée ainsi même si je me relève encore 1x. C’est sans aucune mesure avec la fatigue des premiers mois avec notre premier, et nous n’avons jamais avec elle connu les pleurs de décharge avant le sommeil, ou les coliques. C’est pour moi l’apport cododo/portage bcp plus assumé qu’avec notre premier où on a du se détacher de croyances limitantes
    Aujourd’hui, avec notre système de Cocodo partiel, J’ai retrouvé la joie de lire au lit ce que je ne faisais plus quand mes enfants étaient dans ma chambre ; c’est pour cela que les couchers sont dans leur chambre, et que s’il y a un besoin notre lit est ouvert ou alors on dort avec eux dans leur lit à eux. Mais j’ai été contente de retrouver mon lit et la solitude en fin de journée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.